Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de Syfia Congo Brazza
  • Le blog de Syfia Congo Brazza
  • : Sur ce blog, vous trouverez des articles et des émissions sur la société civile congolaise. Un projet soutenu par l'Union européenne et mené par Syfia international et le Centre de Ressources pour la Presse (CRP).
  • Contact

Le projet

Soutenu par l'Union européenne, le projet encourage le dialogue entre les autorités locales et les organisations de femmes qui luttent contre la pauvreté et pour un meilleur respect de leurs droits en milieu rural. Les journalistes vont jouer le rôle de médiateurs en favorisant notamment les rencontres débats entre ces trois groupes.

Recherche

.

Articles réalisés avec l'aide financière de l'Union européenne. Le contenu de ces articles relève de la seule responsabilité de Syfia international et du CRP ne peut en aucun cas être considéré comme reflétant la position de l'Union européenne.

Qui sommes-nous ?

Crée en 1994, le Centre de ressources pour la presse (CRP), association à but non lucratif de la presse congolaise, coordonne cette action. Il est le garant de la ligne rédactionnelle en étroite collaboration avec son partenaire, Syfia International. Il sélectionne, forme et suit individuellement les journalistes, organise les ateliers, les débats communautaires et les conférences de rédaction, assure les relations avec les médias locaux et suit la diffusion des émissions et des articles.

16 octobre 2014 4 16 /10 /octobre /2014 12:18

(CRP/Syfia) Dans le département de Pointe-Noire,  Prisca  Odzali transforme des fruits sauvages en jus de manière artisanale. Un exemple de dynamisme et de réussite.

 

Prisca Odzali, la trentaine révolue, fait partie  des femmes qui transforment  de façon artisanale des fruits sauvages (raisins, goyave, fruit à pain) en jus, cocktails, confitures, purées, etc. "Je travaille manuellement avec des ustensiles de cuisine, des cuillères, fourchettes, couteaux. Je découpe les fruits. Je les lave. Je les mets ensuite dans le mixeur", résume-t-elle avec simplicité.

Après sa séparation avec son mari, Prisca s'est lancée dans cette activité en 2012,  pour trouver de quoi nourrir ses deux enfants. Tout a commencé à l’Eglise, quand le pasteur a demandé aux fidèles de ne consommer que des fruits pendant le Carême. "C'est de là que m'est venue l'idée de  trouver des fruits sauvages à transformer. J'ai commencé à vendre mes petits pots à 100, 200 ou 300 Fcfa (0,15, 0,30 ou 0,45 €)", se souvient-elle. Parmi ses quelques 150 clients actuels, des boutiques et des particuliers comme Rosalie Essou : "Prisca fait vraiment de bons jus. C'est ce qu'il nous faut, à nous Congolais, au lieu d'acheter seulement ce qui provient d'ailleurs !"

 

"Vouloir c’est pouvoir"

Des produits qu'elle trouve facilement sur le marché de Pointe-Noire. "J'essaie de l'aider en lui donnant de la matière première à moindre coût", précise Parfait Kissita, manager de  l'espace Cuba libre, une autre unité de fabrication de jus de fruits. Prisca Odzali emploie aujourd'hui trois personnes et affirme atteindre un chiffre d'affaires de 70 millions de francs CFA (près de 110 000 €) ! Une progression fulgurante quand on sait qu'à ses débuts, elle a commencé avec seulement... 3 000 Fcfa (4,50 €) en poche. Avec ses bénéfices, elle paie la scolarité de ses enfants et les nourrit "convenablement". Elle assure même désormais "pouvoir faire face aux besoins de sa famille toute entière."

Pour la visibilité de ses produits, la recherche de partenaires et la structuration de Kelglo, son unité de production, Prisca est aidée par l'Association Pointe-Noire industrielle (APNI), une structure d'appui et d'accompagnement des Petites et moyennes entreprises (PME). Ses produits sont ainsi présents lors des salons, expositions-ventes, quinzaines commerciales ou foires organisés en partenariat avec la Chambre de commerce de Pointe-Noire. "L'APNI m'a permis de parler de mon activité dans la 'Minute économique', une émission de la radio privée Ponton-FM, de Pointe-Noire", ajoute Prisca Odzali.

Mais, tout n'est pas rose pour la dynamique chef d'entreprise. Elle a par exemple des difficultés à s'approvisionner en emballages. "Prisca doit améliorer le conditionnement de ses produits, afin de gagner davantage de clients", conseille Parfait Kissita. Rien d'insurmontable pour Prisca, qui rêve de transformer son unité de production en une grande entreprise et aspire à devenir une femme d'affaires. Elle est en tout cas plus que jamais persuadée que pour les femmes comme elles, chefs de familles auprès de qui toute l'éducation des enfants passe, "vouloir c’est pouvoir et richesse  et  pauvreté  ne sont  qu’une question de mentalité."

Une conviction qu'elle partage désormais avec d'autres qui n'hésitent pas à suivre son exemple pour lancer elles aussi leurs activités.

 

                                                                                                         Guilléne Bibaya

 

Octobre 2014

Partager cet article

Repost 0
Published by Syfia Congo Brazza - dans articles presse
commenter cet article

commentaires

Le partenaire

Syfia international est partenaire du CRP dans la mise en œuvre du projet. Son bureau français, l'association Journalistes Médiateurs (J'M), assiste le CRP dans la gestion financière de l'action et le suivi rédactionnel des journalistes, en particulier dans la production des articles. Syfia regroupe 15 agences de presse dont 12 en Afrique (parmi lesquelles le CRP) et 3 en Europe. Les 100 journalistes de l'équipe travaillent en réseau pour produire et diffuser des informations prioritairement destinées aux médias et aux lecteurs et auditeurs du Sud.

Les medias associés

La vingtaine de journalistes participants sont tous membres de radios ou de journaux de Brazzaville, Pointe-Noire, Dolisie, Sibiti, Djambala et Ewo. Leurs responsables diffusent les émissions et les articles réalisés dans le cadre du projet et participent activement aux formations. La présente action mise en particulier sur les radios rurales pour élargir la diffusion vers l'intérieur du pays.

 

Autorités et OSC associées

24 associations de soutien aux femmes et 24 autorités locales (4 sur chacun des 6 sites de l'action) prennent l'habitude de se réunir régulièrement. Les OSC rurales sont davantage connues des médias et reconnues par les autorités.

Contact

Centre de Ressources pour la Presse – Gaston Elbi Enkari
g.elbienkari(a)gmail.com

 

Syfia international – Bureau français : association Journalistes Médiateurs - 125, rue Raimu - 34 070 Montpellier - Emmanuel de Solère Stintzy
edesolere(a)gmail.com