Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de Syfia Congo Brazza
  • Le blog de Syfia Congo Brazza
  • : Sur ce blog, vous trouverez des articles et des émissions sur la société civile congolaise. Un projet soutenu par l'Union européenne et mené par Syfia international et le Centre de Ressources pour la Presse (CRP).
  • Contact

Le projet

Soutenu par l'Union européenne, le projet encourage le dialogue entre les autorités locales et les organisations de femmes qui luttent contre la pauvreté et pour un meilleur respect de leurs droits en milieu rural. Les journalistes vont jouer le rôle de médiateurs en favorisant notamment les rencontres débats entre ces trois groupes.

Recherche

.

Articles réalisés avec l'aide financière de l'Union européenne. Le contenu de ces articles relève de la seule responsabilité de Syfia international et du CRP ne peut en aucun cas être considéré comme reflétant la position de l'Union européenne.

Qui sommes-nous ?

Crée en 1994, le Centre de ressources pour la presse (CRP), association à but non lucratif de la presse congolaise, coordonne cette action. Il est le garant de la ligne rédactionnelle en étroite collaboration avec son partenaire, Syfia International. Il sélectionne, forme et suit individuellement les journalistes, organise les ateliers, les débats communautaires et les conférences de rédaction, assure les relations avec les médias locaux et suit la diffusion des émissions et des articles.

19 décembre 2014 5 19 /12 /décembre /2014 08:45

(CRP/Syfia) Au Congo Brazzaville, rares sont les sourds-muets à subvenir eux-mêmes à leurs besoins quotidiens. Elodie Chantale Bissinga s'est pourtant lancée dans la préparation et la vente des beignets.

 

Chaque jour, entre 15 et 16 heures, devant sa table, Elodie Chantale Bissinga installe ses plateaux et ses cuvettes. Elle prépare ensuite ses beignets sur l'avenue Marien Ngouabi du quartier OCH de Pointe-Noire. Sourde-muette, cette épouse, mère de trois enfants, vend des beignets à la farine de blé et à la banane. Elle a commencé en 2011 avec 15 000 Fcfa (23 €) comme seul fonds de commerce. Une somme réunie grâce à des dons de ses amis. Aujourd’hui, ses beignets, qu'elle vend à l'unité 25 et 50 Fcfa, lui rapportent environ 30 000 Fcfa (45 €) de bénéfices chaque mois.

Elodie est appréciée par ses proches parents et clients. "Voici plus de deux ans que je la connais dans son petit business. Nous qui  mangeons ses beignets aimons ce qu'elle fait. Elle n'a jamais eu de difficultés à rendre la monnaie, même quand nous lui tendons un billet de 10 000 Fcfa (15 €)", témoigne Joseph Mboungou. Un autre client, qui a requis l’anonymat, insiste sur les qualités d'Elodie Chantale, malgré son handicap : "Elle est très accueillante. Nous lui faisons des signes et après, nous achetons. Je l'encourage à poursuivre dans cette voie."

Bien décidée à continuer, Elodie Chantale observe qu'hier, sa vie n'était pas facile avec un mari manutentionnaire qui ne vit que de la débrouillardise. Aujourd'hui,  l'argent qu'elle gagne lui permet de subvenir, elle aussi, aux besoins de la famille et même de faire quelques économies. Parfois, une aide extérieure serait toutefois la bienvenue... Elodie Chantale a donc fait une demande aux Affaires sociales. "Sans suite favorable", fait-elle savoir en langue des signes interprétée par un de ses proches, Kroll Nzaba.

 

Une grande pâtisserie

L'interprète occasionnel d'Elodie Chantale pense que les autorités devraient accorder plus d’attention aux sourds muets en leur construisant par exemple des écoles spécialisées "pour les orienter au lycée et à l'université. Certains sont très intelligents. Ils s'intéressent par exemple à l'informatique." Philomène Ngolo Appa, présidente de l'association des femmes sourdes-muettes de Pointe-Noire, estime de son côté que "personne dans les administrations ne semble prêter attention à nous. Certains pensent que nous ne valons rien !"

Une analyse que conteste évidemment Urbain Paul Koubali, chef de service auprès des personnes handicapées à la direction départementale des Affaires sociales de Pointe-Noire : "Nous aidons celles qui ont de très bonnes idées autour des activités génératrices de revenus en les plaçant dans des ateliers de couture, de coiffure ou de soudure. Dans chaque arrondissement, les sourds-muets peuvent aller dans nos circonscriptions d'actions sociales (CAS) présenter leurs besoins." Sans donner de chiffres, Jean-Claude Boudimou, chef de la CAS de l'arrondissement 2 Mvounvou, pense qu’à ce jour, le pourcentage de sourds-muets  aidés est "très élevé".

Elodie Chantale Bissinga, qui a du jusqu'ici ne compter que sur elle-même, souhaite à présent apprendre elle aussi un métier manuel. Son rêve ? Diriger un jour une grande pâtisserie à Pointe-Noire.

                                                                                                          Haircy Mbimi

 

Décembre 2014

Partager cet article

Repost 0
Published by Syfia Congo Brazza - dans articles presse
commenter cet article

commentaires

Le partenaire

Syfia international est partenaire du CRP dans la mise en œuvre du projet. Son bureau français, l'association Journalistes Médiateurs (J'M), assiste le CRP dans la gestion financière de l'action et le suivi rédactionnel des journalistes, en particulier dans la production des articles. Syfia regroupe 15 agences de presse dont 12 en Afrique (parmi lesquelles le CRP) et 3 en Europe. Les 100 journalistes de l'équipe travaillent en réseau pour produire et diffuser des informations prioritairement destinées aux médias et aux lecteurs et auditeurs du Sud.

Les medias associés

La vingtaine de journalistes participants sont tous membres de radios ou de journaux de Brazzaville, Pointe-Noire, Dolisie, Sibiti, Djambala et Ewo. Leurs responsables diffusent les émissions et les articles réalisés dans le cadre du projet et participent activement aux formations. La présente action mise en particulier sur les radios rurales pour élargir la diffusion vers l'intérieur du pays.

 

Autorités et OSC associées

24 associations de soutien aux femmes et 24 autorités locales (4 sur chacun des 6 sites de l'action) prennent l'habitude de se réunir régulièrement. Les OSC rurales sont davantage connues des médias et reconnues par les autorités.

Contact

Centre de Ressources pour la Presse – Gaston Elbi Enkari
g.elbienkari(a)gmail.com

 

Syfia international – Bureau français : association Journalistes Médiateurs - 125, rue Raimu - 34 070 Montpellier - Emmanuel de Solère Stintzy
edesolere(a)gmail.com