Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de Syfia Congo Brazza
  • Le blog de Syfia Congo Brazza
  • : Sur ce blog, vous trouverez des articles et des émissions sur la société civile congolaise. Un projet soutenu par l'Union européenne et mené par Syfia international et le Centre de Ressources pour la Presse (CRP).
  • Contact

Le projet

Soutenu par l'Union européenne, le projet encourage le dialogue entre les autorités locales et les organisations de femmes qui luttent contre la pauvreté et pour un meilleur respect de leurs droits en milieu rural. Les journalistes vont jouer le rôle de médiateurs en favorisant notamment les rencontres débats entre ces trois groupes.

Recherche

.

Articles réalisés avec l'aide financière de l'Union européenne. Le contenu de ces articles relève de la seule responsabilité de Syfia international et du CRP ne peut en aucun cas être considéré comme reflétant la position de l'Union européenne.

Qui sommes-nous ?

Crée en 1994, le Centre de ressources pour la presse (CRP), association à but non lucratif de la presse congolaise, coordonne cette action. Il est le garant de la ligne rédactionnelle en étroite collaboration avec son partenaire, Syfia International. Il sélectionne, forme et suit individuellement les journalistes, organise les ateliers, les débats communautaires et les conférences de rédaction, assure les relations avec les médias locaux et suit la diffusion des émissions et des articles.

27 février 2015 5 27 /02 /février /2015 16:44

(CRP/Syfia) Le manque de suivi de l’aide au développement pose de sérieux problèmes à Ignié. Tel est le message que les agriculteurs ont fait passer lors d'un débat communautaire organisé dans ce district du Pool situé à moins de 50 km au nord de Brazzaville.

 

"Le Projet de développement rural (Proder, du ministère de l’Agriculture, Ndlr) nous a distribué il y a environ deux ans des cochons. Depuis, ces agents ne sont jamais repassés pour le suivi... Résultat : cet élevage a été interrompu. J'ai relancé l’activité avec mon peu de connaissances et les conseils d'autres éleveurs de la place." Présidente du groupement Femme terre et vie d’Ignié (district du département du Pool à environ 45 km au nord de Brazzaville), Gisèle Aleka n'a pas mâché ses mots le 7 janvier dernier, lors d'un débat communautaire organisé par le Centre de Ressources pour la Presse (CRP), en partenariat avec Syfia International.

Le thème de ces échanges était justement : "Aide au développement dans le district d’Ignié, le manque de suivi pose problème." Débat animé en lingala par Michèle Flore Makoumbou et Hortense Nathalie Ngatsongo, sous la coordination de Gaston Elbi Enkari, coordonnateur du projet "Journalistes, associations et autorités locales contribuent à un meilleur respect des droits de femmes rurales pour lutter contre la pauvreté". Un projet financé par l’Union européenne. Sans langue de bois, la vingtaine de femmes de groupements agricoles et éleveurs d’Ignié présents à ce débat ont déploré le manque de suivi des pouvoirs publics et des institutions internationales.

"Nous avons reçu il y a trois ans des semences de maïs d'une institution de Brazzaville. Au moment de la moisson, tout ou presque a péri à cause des intempéries. Nous n'avons obtenu qu’un sac de maïs alors que nous avions semé sur un hectare... Cette institution  n’est jamais revenue nous voir pour le suivi",  regrette Rose Montsiba, présidente de l’association Parole de la femme Miré.

 

"Nous ne les voyons plus"

Ces femmes sont par ailleurs confrontées à de multiples difficultés. "Manque de moyens de déplacements, matériel archaïque, difficultés d’approvisionnement en semences…", énumère encore Rose, qui insiste sur les indispensables mesures d’accompagnement, sans lesquelles le rendement des cultures  demeurera partiel, estime-t-elle. "Nous avons déposé des dossiers auprès d'institutions internationales, mais rien ne s’est fait. Quant à nos rapports avec le chef de secteur agricole (agent de la direction de l'Agriculture du Pool, Ndlr), ils sont mitigés. Ce dernier n'est passé qu'une fois et depuis, plus rien. Même chose pour les députés qui nous offrent casquettes et t-shirts au moment des élections. Une fois élus, nous ne les voyons plus", souligne Jeanine Ngasaye Koumou, de l’association  Maraîchère et éleveur de Mouto.

Jules Tsiba, un exploitant agricole, est encore plus critique. Lors de ce débat communautaire, il a estimé : "80 % du budget  des institutions internationales va directement dans leurs frais de fonctionnement. Les 20 % restants sont alloués aux populations pour soutenir certains projets, mais les agriculteurs ne jouissent ni de l’assistance financière et matérielle de ces structures, ni de celle du gouvernement congolais."

Des obstacles que les femmes d’Ignié arrivent tant bien que mal à surmonter en initiant des démarches collectives. Ainsi, à la suite de ces multiples déceptions, les groupements locaux ont décidé de s'unir en regroupant leur dizaine d'associations agricoles, soit une centaine de personnes au total. "L’Union locale ainsi crée servira de relais entre les ONG et les ministères, le département et tout ce qui concerne le secteur agricole dans notre district", résume Jules Tsiba. Depuis un an déjà, ce dernier assume les fonctions de président de contrôle et de vérification au sein de cette Union locale.

Tous ici espèrent que l’aide au développement sera ainsi mieux gérée et suivie de plus près.

 

 

Annette Kouamba Matondo

Février 2015

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Syfia Congo Brazza - dans articles presse
commenter cet article

commentaires

Le partenaire

Syfia international est partenaire du CRP dans la mise en œuvre du projet. Son bureau français, l'association Journalistes Médiateurs (J'M), assiste le CRP dans la gestion financière de l'action et le suivi rédactionnel des journalistes, en particulier dans la production des articles. Syfia regroupe 15 agences de presse dont 12 en Afrique (parmi lesquelles le CRP) et 3 en Europe. Les 100 journalistes de l'équipe travaillent en réseau pour produire et diffuser des informations prioritairement destinées aux médias et aux lecteurs et auditeurs du Sud.

Les medias associés

La vingtaine de journalistes participants sont tous membres de radios ou de journaux de Brazzaville, Pointe-Noire, Dolisie, Sibiti, Djambala et Ewo. Leurs responsables diffusent les émissions et les articles réalisés dans le cadre du projet et participent activement aux formations. La présente action mise en particulier sur les radios rurales pour élargir la diffusion vers l'intérieur du pays.

 

Autorités et OSC associées

24 associations de soutien aux femmes et 24 autorités locales (4 sur chacun des 6 sites de l'action) prennent l'habitude de se réunir régulièrement. Les OSC rurales sont davantage connues des médias et reconnues par les autorités.

Contact

Centre de Ressources pour la Presse – Gaston Elbi Enkari
g.elbienkari(a)gmail.com

 

Syfia international – Bureau français : association Journalistes Médiateurs - 125, rue Raimu - 34 070 Montpellier - Emmanuel de Solère Stintzy
edesolere(a)gmail.com