Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de Syfia Congo Brazza
  • Le blog de Syfia Congo Brazza
  • : Sur ce blog, vous trouverez des articles et des émissions sur la société civile congolaise. Un projet soutenu par l'Union européenne et mené par Syfia international et le Centre de Ressources pour la Presse (CRP).
  • Contact

Le projet

Soutenu par l'Union européenne, le projet encourage le dialogue entre les autorités locales et les organisations de femmes qui luttent contre la pauvreté et pour un meilleur respect de leurs droits en milieu rural. Les journalistes vont jouer le rôle de médiateurs en favorisant notamment les rencontres débats entre ces trois groupes.

Recherche

.

Articles réalisés avec l'aide financière de l'Union européenne. Le contenu de ces articles relève de la seule responsabilité de Syfia international et du CRP ne peut en aucun cas être considéré comme reflétant la position de l'Union européenne.

Qui sommes-nous ?

Crée en 1994, le Centre de ressources pour la presse (CRP), association à but non lucratif de la presse congolaise, coordonne cette action. Il est le garant de la ligne rédactionnelle en étroite collaboration avec son partenaire, Syfia International. Il sélectionne, forme et suit individuellement les journalistes, organise les ateliers, les débats communautaires et les conférences de rédaction, assure les relations avec les médias locaux et suit la diffusion des émissions et des articles.

1 février 2017 3 01 /02 /février /2017 15:42

(CRP/Syfia) A Ngayi, à 12 km d’Ewo, dans le département de la Cuvette-Ouest, les femmes hésitent à s'émanciper de la domination parfois violente de leurs maris. Quelques unes osent toutefois porter plainte à la police et divorcer, pour protéger leurs enfants.

"Mon mari prenait régulièrement de l'alcool en 'bon-pour'... Quand les vendeurs me réclamaient sa dette, cette dernière avoisinant parfois 10 000 Fcfa (15 €). J'étais obligée de payer, afin de le protéger, ainsi que les enfants. Comme si cela ne suffisait pas, cet homme m'a abandonnée avec eux", se lamente Madeleine*, mère de six enfants et membre du groupement Boutou-boutou ("Nuitamment", en lingala, allusion aux femmes qui ne rentrent de leurs activités champêtres que la nuit).

Madeleine fait partie des femmes de Ngayi, localité située à environ 12 km d’Ewo, dans la Cuvette-Ouest, qui s’occupent presque toutes seules de gérer leurs familles. Elle poursuit : "Je ne reçois aucune aide de mon ex-époux. Grâce à mes champs de manioc, j'ai récemment dépensé environ 200 000 Fcfa (plus de 300 €) pour les soins médicaux des enfants." Madeleine a finalement décidé de rompre avec son mari pour négligence. En effet, le Code de la famille congolaise (article 178), précise "les époux contractent ensemble, par le seul fait du mariage, l’obligation de nourrir, élever et instruire leurs enfants."

Des abandons très durs à vivre au quotidien... Fabienne*, mère de trois enfants est membre du groupement Makila Ma Kaya ("Le sang sèche", en langue téké, du fait que ces cultivatrices travaillent sous le soleil) explique : "Je supporte les frais scolaires et, quand les enfants sont malades, mon mari n’achète pas les médicaments... En ce moment, je suis à nouveau enceinte de lui, mais, faute de moyens, je n'ai pas encore commencé les consultations prénatales..."

"L'épouse n'est pas une esclave !"

Patricia*, membre du même groupement, elle, ne supporte pas sa séparation avec son mari : "Je me suis mariée à l'âge de 18 ans. Nous avions près de 30 ans de vie commune, puis il a épousé une seconde femme, sans mon consentement. Cette situation me tourmente. Notre unique revenu est le travail de la terre. Au moment où je vous parle, nous sommes en train de nous séparer..."

D’un ton accusateur, Sylvain Onkeya, secrétaire du village Ngayi, défend les hommes d'une façon pour le moins étrange... "Si les hommes sortent de leur maison, c'est qu'il y a problème, notamment dans la vie sexuelle. Fatiguée, à son retour des champs, souvent la femme ne cède pas à son mari !" Le secrétaire de Ngayi va même jusqu'à affirmer que le mari peut aider sa femme au foyer ou aux champs pour qu'elle soit moins fatiguée, mais que ce n'est pas une "obligation" en tant que chef de la maison...

Certaines épouses encouragent sans le savoir cette logique machiste. Chancelvie Massamba, la vingtaine et mariée, en est convaincue : "La femme doit être là où se trouve son mari. S'il appartient à un parti politique, je dois y adhérer moi aussi. Les opinions de mon époux sont aussi les miennes !" Ce à quoi Angélique Onounga directrice de la Promotion de la femme de la Cuvette-Ouest répond : "La liberté d'expression est un des droits de la femme au foyer. Elle doit aussi être nourrie et soignée. Soumise, elle n'est pas pour autant une esclave !"

2 à 5 ans de prison pour les maris violents

Angélique Kébi, agent de la direction départementale des Affaires sociales, est du même avis : "Les femmes devraient porter plainte contre leurs maris chez le chef du village, à la gendarmerie, ou chez nous, aux Affaires sociales." Sa direction, à travers différentes campagnes d'information, encourage par ailleurs les couples à utiliser des contraceptifs pour limiter les naissances, étant donné leur manque de moyens financiers.

Quelques unes osent briser le mur du silence et de la soumission. "J'ai porté plainte contre mon mari parce qu'il m'a battue. Les policiers l'ont libéré sur mon ordre, après un jour en garde à vue et le paiement d'une amende de 36 000 Fcfa (55 €). Je voulais alors protéger mes enfants du 'qu'en-dira-t-on'... A la suite de cette détention, j'ai été répudiée, car d'ordinaire, nos problèmes de couples ne se résolvent jamais en dehors de notre foyer. Mais, je n'en pouvais plus ! J'ai donc enfreint cette règle", raconte Constance*, première et unique femme de Ngayi à avoir osé porter plainte contre son bourreau de mari.

Pour rappel, le Code pénal congolais sanctionne les violences conjugales, en particulier les coups et blessures. En vertu de ce Code et de la Convention contre la torture et autres peines ou traitements cruels, inhumains ou dégradants de 1984 à laquelle le Congo a adhéré, les maris violents risquent "un emprisonnement de deux à cinq ans et une amende de 4 000 à 48 000 Fcfa (6 à 75 €) s’il résulte de ces violences, une maladie ou incapacité de travail personnel pendant plus de vingt jours."

Aujourd'hui séparée de son mari, Constance ne regrette pas d'avoir porté plainte contre lui. Elle a désormais en effet la garde de ses enfants et encourage d'autres femmes à oser dénoncer les violences conjugales pour assurer leur avenir et celui de leurs enfants.

Mieux informés eux aussi, certains époux commencent à changer de mentalité. A l'image de David*, époux de Fabienne, qui promet : "Au village, le travail de la terre nous rapporte des revenus. A l'avenir, je m'occuperai mieux de mes enfants. Nous faisons erreur, en les négligeant. A partir d'aujourd'hui, je vais me réconcilier avec mon épouse !"

* Prénoms d'emprunt

Flore Michèle Makoumbou

Janvier 2017

Partager cet article

Repost 0
Published by Syfia Congo Brazza
commenter cet article

commentaires

Maître Marabout Gambada Djogbe 23/03/2017 03:02

PORTE FEUILLE MYSTIQUE ET MAGIQUE DE GAMBADA DJOGBE

Réalisez enfin tous vos désirs dans le domaine financier et commercial grâce à notre portefeuille magnétique aussi appelé en Afrique "Porte monnaie Magique"! Ce portefeuille sorti d'un Seau des génies fera office d'une part de bouclier protecteur très efficace contre la perte d'argent et le Talisman qu'il contient vous attirera abondance , fortune et prospérité telqu'un aimant magnétique. Ce portefeuille, destiné à remplacer votre porte monnaie actuel, est livré avec un mode d'emploi pour activer le talisman selon le domaine à dynamiser (finance, commerce, jeux de hasard, etc...). Dimensions : 9 x 12 cm.

Une fois que se portefeuille sera en votre possession elle sera capable des multiplier la somme qui sera dedans fois(x)100(si vous mettez 10euro vous aurez 1000euro dans 2jours)

Votre voyant Maître GAMBADA DJOGBE peut vous aider partout, où que vous soyez, dans tous les domaines comme :
Amour - tendresse - fidélité conjugale - retour de l'être aimé - rencontre d'un nouvel amour - Argent - Chance aux jeux - Trouver du Travail - Examens - Réussite dans la vie professionnelle - Protection contre le danger - désenvoûtement - impuissance sexuelle - guéri les maladies inconnues, etc...

Téléphone : +229 95 67 77 26

Email : gambadadjogbe@gmail.com

Site web : www.gambadavodoun.eklablog.com

Site web : www.rapideretourdaffection.com

Site web : www.gambadadjogbe.over-blog.com


Site web : www.gambadadjogbe.onlc.fr

Maître Marabout Gambada Djogbe 23/03/2017 02:59

PORTE FEUILLE MYSTIQUE ET MAGIQUE DE GAMBADA DJOGBE

Réalisez enfin tous vos désirs dans le domaine financier et commercial grâce à notre portefeuille magnétique aussi appelé en Afrique "Porte monnaie Magique"! Ce portefeuille sorti d'un Seau des génies fera office d'une part de bouclier protecteur très efficace contre la perte d'argent et le Talisman qu'il contient vous attirera abondance , fortune et prospérité telqu'un aimant magnétique. Ce portefeuille, destiné à remplacer votre porte monnaie actuel, est livré avec un mode d'emploi pour activer le talisman selon le domaine à dynamiser (finance, commerce, jeux de hasard, etc...). Dimensions : 9 x 12 cm.

Une fois que se portefeuille sera en votre possession elle sera capable des multiplier la somme qui sera dedans fois(x)100(si vous mettez 10euro vous aurez 1000euro dans 2jours)

Votre voyant Maître GAMBADA DJOGBE peut vous aider partout, où que vous soyez, dans tous les domaines comme :
Amour - tendresse - fidélité conjugale - retour de l'être aimé - rencontre d'un nouvel amour - Argent - Chance aux jeux - Trouver du Travail - Examens - Réussite dans la vie professionnelle - Protection contre le danger - désenvoûtement - impuissance sexuelle - guéri les maladies inconnues, etc...

Téléphone : +229 95 67 77 26

Email : gambadadjogbe@gmail.com

Site web : www.gambadavodoun.eklablog.com

Site web : www.rapideretourdaffection.com

Site web : www.gambadadjogbe.over-blog.com


Site web : www.gambadadjogbe.onlc.fr

Le partenaire

Syfia international est partenaire du CRP dans la mise en œuvre du projet. Son bureau français, l'association Journalistes Médiateurs (J'M), assiste le CRP dans la gestion financière de l'action et le suivi rédactionnel des journalistes, en particulier dans la production des articles. Syfia regroupe 15 agences de presse dont 12 en Afrique (parmi lesquelles le CRP) et 3 en Europe. Les 100 journalistes de l'équipe travaillent en réseau pour produire et diffuser des informations prioritairement destinées aux médias et aux lecteurs et auditeurs du Sud.

Les medias associés

La vingtaine de journalistes participants sont tous membres de radios ou de journaux de Brazzaville, Pointe-Noire, Dolisie, Sibiti, Djambala et Ewo. Leurs responsables diffusent les émissions et les articles réalisés dans le cadre du projet et participent activement aux formations. La présente action mise en particulier sur les radios rurales pour élargir la diffusion vers l'intérieur du pays.

 

Autorités et OSC associées

24 associations de soutien aux femmes et 24 autorités locales (4 sur chacun des 6 sites de l'action) prennent l'habitude de se réunir régulièrement. Les OSC rurales sont davantage connues des médias et reconnues par les autorités.

Contact

Centre de Ressources pour la Presse – Gaston Elbi Enkari
g.elbienkari(a)gmail.com

 

Syfia international – Bureau français : association Journalistes Médiateurs - 125, rue Raimu - 34 070 Montpellier - Emmanuel de Solère Stintzy
edesolere(a)gmail.com