Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de Syfia Congo Brazza
  • Le blog de Syfia Congo Brazza
  • : Sur ce blog, vous trouverez des articles et des émissions sur la société civile congolaise. Un projet soutenu par l'Union européenne et mené par Syfia international et le Centre de Ressources pour la Presse (CRP).
  • Contact

Le projet

Soutenu par l'Union européenne, le projet encourage le dialogue entre les autorités locales et les organisations de femmes qui luttent contre la pauvreté et pour un meilleur respect de leurs droits en milieu rural. Les journalistes vont jouer le rôle de médiateurs en favorisant notamment les rencontres débats entre ces trois groupes.

Recherche

.

Articles réalisés avec l'aide financière de l'Union européenne. Le contenu de ces articles relève de la seule responsabilité de Syfia international et du CRP ne peut en aucun cas être considéré comme reflétant la position de l'Union européenne.

Qui sommes-nous ?

Crée en 1994, le Centre de ressources pour la presse (CRP), association à but non lucratif de la presse congolaise, coordonne cette action. Il est le garant de la ligne rédactionnelle en étroite collaboration avec son partenaire, Syfia International. Il sélectionne, forme et suit individuellement les journalistes, organise les ateliers, les débats communautaires et les conférences de rédaction, assure les relations avec les médias locaux et suit la diffusion des émissions et des articles.

8 juin 2015 1 08 /06 /juin /2015 16:06

(CRP/Syfia) A Pointe-Noire certains métiers dits "d'hommes" commencent à être exercés par des femmes. Edith Seye Bena, est l’une d'entre elles. Ingénieure hydraulicienne, elle tente de créer d'autres vocations techniques chez les jeunes filles.

"Je voulais embrasser uniquement des spécialités techniques et briser le mythe des métiers présentés comme l’apanage des hommes !", confie, toujours aussi déterminée, Edith Seye Bena. Célibataire et mère de deux enfants, Edith est ingénieure hydraulicienne, diplômée d’une université polytechnique de Cuba après une bourse de l’Etat congolais obtenu en 1986 et au terme de 5 années d’études universitaire. "Nous étions 25 dont 20 jeunes filles de plusieurs nationalités", se souvient Edith Seye Bena partie du Congo juste après avoir obtenu son BEPC. Une orientation scolaire que ses parents ont acceptée.

De retour dans son pays natal en 2001, elle est engagée à la Congolaise de raffinage (Coraf) de pétrole en qualité d’inspecteur métal. Elle gérait alors le département chargé du contrôle des installations métallurgiques et métalliques. Des responsabilités trop lourdes pour elle, aux yeux de certains de ses collègues... "Sur 300 employés, la société comptait alors moins de 15 femmes (!) La majorité d'entre elles était dans les services administratifs. J’étais l’unique femme de mon service. Quelques hommes me dérangeaient. D’autres étaient contents de voir une présence féminine dans un métier technique", se souvient Edith.

A ses yeux, pas de miracle, "le travail, et surtout le travail bien fait, est l’unique moyen de s’imposer, surtout en tant que chef." Ce que reconnait Ati Gallimasse, un de ses collaborateurs. Pour lui, Edith est "une hydraulicienne talentueuse, un chef dynamique qui sait transmettre ses connaissances à ses collaborateurs. Une vraie école !" Il poursuit : "Edith est une femme de caractère, rigoureuse, qui sait se faire respecter et se comporte de façon responsable devant ses collaborateurs."

Convaincre les lycéennes

Les risques liés à son métier (travail en hauteur, odeur du pétrole brut, etc.) n’ont en rien ébranlé sa détermination. "Il y a des hommes qui sont arrivés dans la société après moi et à qui j’ai transmis mes connaissances", se réjouit Edith. Elle regrette cependant de n’avoir pas vu arriver dans son service des jeunes filles à qui elle aurait aussi fait profiter de son expertise.

Son rêve aujourd’hui reste en effet de voir davantage de femmes dans les métiers techniques. Pour les convaincre d'aller vers ces filières, elle anime souvent des soirées d'échanges et de partage à l'intention des lycéennes des classes de première et terminale. "J'aime montrer aux jeunes filles aux portes des études supérieures, l’intérêt d’opter pour les métiers techniques. C’est bien de leur dire qu’il y a des aînées qui sont passées par là", témoigne Edith.

Une de ses filles suit d'ailleurs ses traces... "Elle est inscrite en mines et géologie dans une université en Côte d'Ivoire", fait savoir, non sans une certaine fierté, la maman hydraulicienne. Promue chef de département communication de la Coraf, Edith s'est à présent éloignée de la technique. Mais, elle l'assure, "si une opportunité se présente, je n’hésiterai pas à retrouver ma passion !"

Serge Patrick Mankou

Mai-Juin 2015

Partager cet article

Repost 0
Published by Syfia Congo Brazza
commenter cet article

commentaires

Le partenaire

Syfia international est partenaire du CRP dans la mise en œuvre du projet. Son bureau français, l'association Journalistes Médiateurs (J'M), assiste le CRP dans la gestion financière de l'action et le suivi rédactionnel des journalistes, en particulier dans la production des articles. Syfia regroupe 15 agences de presse dont 12 en Afrique (parmi lesquelles le CRP) et 3 en Europe. Les 100 journalistes de l'équipe travaillent en réseau pour produire et diffuser des informations prioritairement destinées aux médias et aux lecteurs et auditeurs du Sud.

Les medias associés

La vingtaine de journalistes participants sont tous membres de radios ou de journaux de Brazzaville, Pointe-Noire, Dolisie, Sibiti, Djambala et Ewo. Leurs responsables diffusent les émissions et les articles réalisés dans le cadre du projet et participent activement aux formations. La présente action mise en particulier sur les radios rurales pour élargir la diffusion vers l'intérieur du pays.

 

Autorités et OSC associées

24 associations de soutien aux femmes et 24 autorités locales (4 sur chacun des 6 sites de l'action) prennent l'habitude de se réunir régulièrement. Les OSC rurales sont davantage connues des médias et reconnues par les autorités.

Contact

Centre de Ressources pour la Presse – Gaston Elbi Enkari
g.elbienkari(a)gmail.com

 

Syfia international – Bureau français : association Journalistes Médiateurs - 125, rue Raimu - 34 070 Montpellier - Emmanuel de Solère Stintzy
edesolere(a)gmail.com