Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de Syfia Congo Brazza
  • Le blog de Syfia Congo Brazza
  • : Sur ce blog, vous trouverez des articles et des émissions sur la société civile congolaise. Un projet soutenu par l'Union européenne et mené par Syfia international et le Centre de Ressources pour la Presse (CRP).
  • Contact

Le projet

Soutenu par l'Union européenne, le projet encourage le dialogue entre les autorités locales et les organisations de femmes qui luttent contre la pauvreté et pour un meilleur respect de leurs droits en milieu rural. Les journalistes vont jouer le rôle de médiateurs en favorisant notamment les rencontres débats entre ces trois groupes.

Recherche

.

Articles réalisés avec l'aide financière de l'Union européenne. Le contenu de ces articles relève de la seule responsabilité de Syfia international et du CRP ne peut en aucun cas être considéré comme reflétant la position de l'Union européenne.

Qui sommes-nous ?

Crée en 1994, le Centre de ressources pour la presse (CRP), association à but non lucratif de la presse congolaise, coordonne cette action. Il est le garant de la ligne rédactionnelle en étroite collaboration avec son partenaire, Syfia International. Il sélectionne, forme et suit individuellement les journalistes, organise les ateliers, les débats communautaires et les conférences de rédaction, assure les relations avec les médias locaux et suit la diffusion des émissions et des articles.

14 juin 2010 1 14 /06 /juin /2010 13:09

(Syfia/CRP) Aidées dans leurs démarches par différentes associations, les veuves congolaises connaissent aujourd'hui mieux leurs droits et se battent pour obtenir justice. Un combat difficile entravé par les pratiques archaïques et illégales de certaines belles-familles.

 

"Mon mari, sentant la fin des ses jours approcher, a contacté un notaire pour rédiger un testament. Aujourd’hui, je bénéficie de sa pension et du droit de prélever l’argent des locataires qui vivent dans notre maison. Je peux ainsi supporter les études des enfants", explique Élisabeth, une veuve. "Je jouis de mes droits et j’ai de bons rapports avec ma belle famille", se félicite la veuve Bouanga, mariée légalement. Quant à Martine, aucun membre de sa belle-famille n’est venu la menacer. Son défunt mari ne cessait de dire aux siens que celui qui se hasarderait à déranger sa femme et ses enfants n’aurait plus de nuits paisibles.

Au Congo, ces premiers résultats sont en grande partie le fruit du travail d’associations. "Nous aidons les veuves à rédiger les requêtes et à les déposer. Nous leur trouvons parfois un avocat", précise Jean-Gabriel Mavanga, responsable du département des actions juridiques et judiciaires à l’Observatoire congolais des droits de l’homme (OCDH). Odile Mayéyé Biyongo explique que son réseau de cliniques juridiques reçoit des femmes expulsées du foyer conjugal ou victimes de pratiques archaïques (obligation pour certaines veuves de manger à une heure précise ou de marcher pieds nus, etc.). Objectif : écouter et apporter des solutions juridiques quand la tentative de médiation échoue. Ces actions permettent d’expliquer à la victime et à sa belle-famille ce que dit la loi.

 

Vulgariser la loi

Petit à petit, ce travail de fourmi des OSC commence à payer. "Actuellement, la veuve connaît ses droits et sait où aller se plaindre", martèle Anne Ayessa, membre de l’Association évangile et développement, une ONG congolaise. Pour Jean-Gabriel, les Congolais commencent à réaliser que sortir la veuve de la maison et la déshériter n'est pas sans conséquences. "Avant, dès que le mari mourait, la belle-famille la chassait, surtout quand elle refusait d’épouser un des frères du défunt. Aujourd’hui, certaines familles, après avoir tenu conseil, décident de la laisser dans la maison avec les enfants", observe Odile Mayéyé.

Des résistances demeurent, malgré la loi de 1984 qui répartit ainsi les biens du défunt : 50 % aux enfants, 30 % à la veuve et 20 % à la famille. Elle stipule que l’épouse bénéficie de l’usufruit. Mais, de nos jours encore, cette dernière est bien souvent chassée du domicile où elle a pourtant vécu avec son époux. Même quand le défunt a rédigé un testament qui lègue des biens à sa femme, il arrive que ses dernières volontés ne soient pas respectées. "Il y a deux ans de cela, mon mari est mort. Sans m’en informer, un de ses frères a vendu notre parcelle à un acquéreur qui s’est présenté un matin avec des papiers attestant qu’il venait de l’acheter. Il m’a donné trois mois pour quitter les lieux... L’affaire est en justice", explique une veuve, qui était pourtant mariée officiellement. "Nous avons vécu pendant 25 ans ensemble. Mais, quand mon mari est décédé, ma belle-famille a oublié tout ce que j’avais fait pour lui durant sa maladie et jusqu’à sa mort. On m’a sortie brutalement de la maison avec les enfants. Je n’ai rien pu emmener avec moi", confie Albertine. Mariée non officiellement et soucieuse de préserver ses enfants des rancœurs de la belle-famille, elle a gardé le silence.

Jeanne Leckomba, ministre de la Promotion de la femme, déplore que, malgré les efforts des ONG, ce genre de violences soit encore d’être perpétré. Le plus grand défi est de faire connaître la loi à un maximum de personnes gens. "Les pouvoirs publics doivent avoir une politique d’accompagnement, en associant les associations et les confessions religieuses qui doivent parler aux populations des outils juridiques en matière de succession", résume Viguier Nguembi, juriste.

 

Dépoussiérer certains textes

Il semble également important de dépoussiérer certains textes. D’après Simon-William M’viboudoulou, magistrat, directeur des affaires juridiques internationales au ministère de la Justice et des Droits humains, rien ou presque n’a été réformé depuis 1984. Mais, cela pourrait changer. Une commission a en effet été mise en place en août 2009 par le ministre de la Justice pour réviser certaines dispositions de sorte que le conjoint survivant puisse réellement jouir de ses droits. Au total, la commission devrait revoir huit codes, notamment le Code de la famille. Une large consultation populaire sera ensuite organisée.

En attendant, les travaux traînent par manque de moyens financiers et humains. D’après Simon-William M’viboudoulou, il faudra sans doute encore attendre cinq ans pour que la réforme soit terminée.

 

Jean Thibaut Ngoyi

Juin 2010

Partager cet article

Repost 0
Published by Syfia Congo Brazza - dans articles presse
commenter cet article

commentaires

Le partenaire

Syfia international est partenaire du CRP dans la mise en œuvre du projet. Son bureau français, l'association Journalistes Médiateurs (J'M), assiste le CRP dans la gestion financière de l'action et le suivi rédactionnel des journalistes, en particulier dans la production des articles. Syfia regroupe 15 agences de presse dont 12 en Afrique (parmi lesquelles le CRP) et 3 en Europe. Les 100 journalistes de l'équipe travaillent en réseau pour produire et diffuser des informations prioritairement destinées aux médias et aux lecteurs et auditeurs du Sud.

Les medias associés

La vingtaine de journalistes participants sont tous membres de radios ou de journaux de Brazzaville, Pointe-Noire, Dolisie, Sibiti, Djambala et Ewo. Leurs responsables diffusent les émissions et les articles réalisés dans le cadre du projet et participent activement aux formations. La présente action mise en particulier sur les radios rurales pour élargir la diffusion vers l'intérieur du pays.

 

Autorités et OSC associées

24 associations de soutien aux femmes et 24 autorités locales (4 sur chacun des 6 sites de l'action) prennent l'habitude de se réunir régulièrement. Les OSC rurales sont davantage connues des médias et reconnues par les autorités.

Contact

Centre de Ressources pour la Presse – Gaston Elbi Enkari
g.elbienkari(a)gmail.com

 

Syfia international – Bureau français : association Journalistes Médiateurs - 125, rue Raimu - 34 070 Montpellier - Emmanuel de Solère Stintzy
edesolere(a)gmail.com