Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de Syfia Congo Brazza
  • Le blog de Syfia Congo Brazza
  • : Sur ce blog, vous trouverez des articles et des émissions sur la société civile congolaise. Un projet soutenu par l'Union européenne et mené par Syfia international et le Centre de Ressources pour la Presse (CRP).
  • Contact

Le projet

Soutenu par l'Union européenne, le projet encourage le dialogue entre les autorités locales et les organisations de femmes qui luttent contre la pauvreté et pour un meilleur respect de leurs droits en milieu rural. Les journalistes vont jouer le rôle de médiateurs en favorisant notamment les rencontres débats entre ces trois groupes.

Recherche

.

Articles réalisés avec l'aide financière de l'Union européenne. Le contenu de ces articles relève de la seule responsabilité de Syfia international et du CRP ne peut en aucun cas être considéré comme reflétant la position de l'Union européenne.

Qui sommes-nous ?

Crée en 1994, le Centre de ressources pour la presse (CRP), association à but non lucratif de la presse congolaise, coordonne cette action. Il est le garant de la ligne rédactionnelle en étroite collaboration avec son partenaire, Syfia International. Il sélectionne, forme et suit individuellement les journalistes, organise les ateliers, les débats communautaires et les conférences de rédaction, assure les relations avec les médias locaux et suit la diffusion des émissions et des articles.

19 décembre 2014 5 19 /12 /décembre /2014 08:47

(CRP/Syfia) Aucun établissement d'épargne à proximité immédiate... Manque de formation adaptée... Les femmes de Doumanga, dans le Kouilou, peinent à faire des économies. Lors d'un débat communautaire, elles en ont parlé avec des représentants de structures spécialisées.

 

"Lorsque je vends du manioc ou de la banane, je fais des achats et je garde le reste de l'argent dans un coin de mon pagne. Quelques jours après, j'ai tout dépensé. Nous n'avons ici aucun établissement de micro-finance pour garder notre argent !", s'est plaint, le 29 novembre dernier, Aurélie Mabiala, une habitante de Doumanga, un village du district de Mvouti à 70 km de Pointe-Noire, dans le département du Kouilou.

C'était à l'occasion du débat communautaire intitulé : "Rapprochées, les micros finances permettraient à la femme rurale de bénéficier de leurs avantages afin de lutter contre la pauvreté". Un débat organisé par le Centre de Ressources pour la Presse (CRP) et animé par les journalistes Haircy Mbimi et Guillène Bibaya Malonda, sous la coordination de Solange Léocadie Kibelolo, coordinatrice départementale. Ces échanges se sont déroulés dans le cadre du projet "Journalistes, associations et autorités locales contribuent à un meilleur respect des droits des femmes rurales pour lutter contre la pauvreté". Un projet piloté par le CRP en partenariat avec Syfia International et financé par l'Union européenne.

 

"Savoir gérer un crédit"

Au cours de ce débat, 30 femmes de Doumanga, un village d'environ 1 000 habitants, ont toutes reconnu qu'elles n'épargnaient presque pas, malgré leurs multiples efforts pour gagner de maigres revenus. A leurs yeux, garder l'argent chez elles comporte beaucoup de risques. "La maison peut prendre feu ou être cambriolée. A l'inverse, dans une structure de micro-finance, l'argent, même s'il n'y en a pas beaucoup, est en sécurité", a fait savoir Blanche Ngoma, une habitante. Clarisse Ndembi, une autre participante, a précisé : "Nous connaissons l'importance d'une micro finance, mais ces établissements sont éloignés de nos villages. En avoir un chez nous nous permettrait de faire des économies et de réaliser de grands projets..."

Ce à quoi Emery Dibamba, directeur général adjoint de la Caisse de participation à la promotion des entreprises et leur développement (Capped), également invité au débat, a répondu : "Il nous est difficile de fonctionner sans internet, ni électricité. Et puis, avant de nous installer quelque part, nous tenons compte du nombre d'habitants actifs dans une localité." Il a ensuite expliqué comment obtenir un crédit auprès de l'agence Capped de Mongo-Kamba située à la périphérie de Pointe-Noire et la responsabilité qui en découlait : "Le crédit est destiné à être remboursé. On ne l'octroie pas à n'importe qui. En Afrique de l'Ouest, les femmes, même celles qui étalent leurs marchandises sur le sol, ont la culture du crédit."

Marie-Jeanne Stimbault, directrice départementale de l'Intégration de la femme au développement, a insisté sur la nécessité de "savoir gérer un crédit. Les femmes de Bilala (un autre village du district de Mvouti, à environ 100 km de Pointe-Noire, Ndlr)par exemple ont bénéficié d'une formation à Brazzaville. Aujourd'hui, elles se sont constituées en coopératives. Je félicite en tout cas l'équipe du CRP qui a rendu possible cette rencontre pour que les femmes de Doumanga soient édifiées sur la nécessité de garder l'argent dans une micro finance."

John Ndinga-Ngoma

Décembre 2014

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Syfia Congo Brazza - dans articles presse
commenter cet article

commentaires

Le partenaire

Syfia international est partenaire du CRP dans la mise en œuvre du projet. Son bureau français, l'association Journalistes Médiateurs (J'M), assiste le CRP dans la gestion financière de l'action et le suivi rédactionnel des journalistes, en particulier dans la production des articles. Syfia regroupe 15 agences de presse dont 12 en Afrique (parmi lesquelles le CRP) et 3 en Europe. Les 100 journalistes de l'équipe travaillent en réseau pour produire et diffuser des informations prioritairement destinées aux médias et aux lecteurs et auditeurs du Sud.

Les medias associés

La vingtaine de journalistes participants sont tous membres de radios ou de journaux de Brazzaville, Pointe-Noire, Dolisie, Sibiti, Djambala et Ewo. Leurs responsables diffusent les émissions et les articles réalisés dans le cadre du projet et participent activement aux formations. La présente action mise en particulier sur les radios rurales pour élargir la diffusion vers l'intérieur du pays.

 

Autorités et OSC associées

24 associations de soutien aux femmes et 24 autorités locales (4 sur chacun des 6 sites de l'action) prennent l'habitude de se réunir régulièrement. Les OSC rurales sont davantage connues des médias et reconnues par les autorités.

Contact

Centre de Ressources pour la Presse – Gaston Elbi Enkari
g.elbienkari(a)gmail.com

 

Syfia international – Bureau français : association Journalistes Médiateurs - 125, rue Raimu - 34 070 Montpellier - Emmanuel de Solère Stintzy
edesolere(a)gmail.com